Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Select a Page

C’est vers 1853 que Anthony MacEvilla, un riche marchand écossais en provenance de New York, construisit un moulin à farine et à carder sur le site qui porte aujourd’hui le nom de Domaine de la Dame de Cœur. Les activités économiques étant prospères, M. MacEvilla fit également bâtir un moulin à scie.

En 1875, s’ensuivit un déclin qui s’explique par les effets combinés d’une concurrence grandissante, de l’arrivée de l’électricité et du déplacement vers un dépôt du chemin de fer Montréal-Portland de l’activité économique du village d’Upton. Les héritiers de MacEvilla durent donc vendre le domaine, ne conservant qu’une maison où ils vinrent passer les mois d’été.

Les moulins n’ont jamais été rentabilisés et ont passés entre plusieurs mains, jusqu’à ce que l’ensemble du domaine soit cédé, en 1922, à Mgr Desmarais, qui le revendit au Département de l’instruction publique.

Le domaine devint alors une école ménagère. Puis, suite à la réforme scolaire de 1968, le site fut loué au Conseil Régional des Loisirs Richelieu-Yamaska, qui y installa une base de plein-air. En 1975, le domaine fut laissé à l’abandon et subit les assauts des vandales durant trois ans, jusqu’à ce que le TDC ne s’y installe.

1853 : Moulin à farine et à carder

C’est vers 1853 que Anthony MacEvilla, un riche marchand écossais en provenance de New York, construisit un moulin à scie, à farine et à carder sur le site qui porte aujourd’hui le nom de Domaine de la Dame de Cœur. Les activités économiques étant prospères, M. MacEvilla fit également bâtir un moulin à scie.

1875 : Vente du domaine

En 1875, s’ensuivit un déclin qui s’explique par les effets combinés d’une concurrence grandissante, de l’arrivée de l’électricité et du déplacement vers un dépôt du chemin de fer Montréal-Portland de l’activité économique du village d’Upton. Les héritiers de MacEvilla durent donc vendre le domaine, ne conservant qu’une maison où ils vinrent passer les mois d’été.

1922 : L’instruction publique

Les moulins n’ont jamais été rentabilisés et ont passés entre plusieurs mains, jusqu’à ce que l’ensemble du domaine soit cédé, en 1922, à Mgr Desmarais, qui le revendit au Département de l’instruction publique.

1968 : Base de plein air

Le domaine devint alors une école ménagère. Puis, suite à la réforme scolaire de 1968, le site fut loué au Conseil Régional des Loisirs Richelieu-Yamaska, qui y installa une base de plein-air. En 1975, le domaine fut laissé à l’abandon et subit les assauts des vandales durant trois ans, jusqu’à ce que le TDC ne s’y installe.